Articles Critiques I - Le T'Sank Critique ActuSF

Un vent de folie souffle sur cette fantasy épique

Alexis Flamand est né 1970. Après des études de biologie, il s’oriente vers l’enseignement et la littérature. Il se passionne pour tout ce qui touche à la création d’univers. Il réalise des illustrations 2D et 3D ainsi que des logiciels d’image de synthèse chez FormaCD et écrit plusieurs articles sur des logiciels employés dans l’industrie du film et les jeux vidéo. Il est aussi fan de jeux de rôles, de jeux de plateau, jeux vidéo et de rock progressif. Pétri d’humour, Le T’Sank est son premier roman, d’abord sorti aux éditions de L’Olibrius Céleste en 2008.

Une petite mention particulière pour l’illustration de couverture qui est vraiment très bien réussie. Merci à Alexandre Dainche. Je conseille une visite sur son blog qui est magnifique, avec notamment des illustrations de dragons très originales.

Serez-vous capable de survivre dans le monde d’Alamänder ? …

...où la magie la plus folle côtoie des machines de guerres faites de poulpes géants, où le simple fait de traverser un champ de blé peu s’avérer la plus dangereuse et étrange des aventures...

C’est dans cet univers de folie que le jeune Maek décide de commencer sa quête mythique pour devenir Exécuteur. Mais le chemin va être long et semé d’embûches. Même les Dieux vont être de la partie. Il va lui falloir déjouer une succession de pièges et épreuves qui vont l’amener vers l’école tant recherchée. Celle-ci lui réserve bien des révélations.

Pendant ce temps un autre jeune homme, Jon, apprend qu’il va devoir abandonner sa maison et tous ses biens terriens pour cause d’expropriation au profit d’un royaume voisin. Il prend le chemin de la capitale pour plaider sa cause auprès du Roi. Mais ce jeune Questeur va devoir quant à lui déjouer les fils d’une intrigue bien sombre. Aidé de Retzell, son fidèle démon de poche, Jon devra suivre la piste d’un assassin aux meurtres particulièrement sanglants.

Pastiche ou parodie des genres

Alexis Flamand vous réserve bien des surprises avec ce roman. Un univers complètement déjanté, comme ces champs de blés carnivores qui semblent attendre le promeneur ou encore des personnages atypiques ; le démon de Jon en est un parfait exemple. A la fois cruel et machiavélique, farceur et souvent gaffeur, Retzell est vraiment l’un de mes personnages préférés qui apportent cette touche d’humour qui est présente dans ce livre.

L’auteur se laisse souvent aller dans la description de son monde et de ses occupants qui sortent c’est le moins que l’on puisse dire de l’ordinaire, comme les poulpes géants devenus machines de guerres ou encore les gnomons, sortes d’automates magiques aux fonctions des plus insolites.

Vous l’aurez compris, Alexis Flamand propose une histoire riche et très drôle, à la limite quelquefois du surréaliste.

Les deux intrigues vont emporter le lecteur dans une satire épique. Dans la première, ce sont les dieux qui sont à la fête. La quête initiatique de Maek est un petit bijou de folie. On se moque de la providence et du destin.

Quant à la deuxième partie du livre, l’enquête de ce jeune détective de la magie qu’est Jon dénonce dans une certaine mesure la bureaucratie et les travers de notre administration. Le royaume de Kung-Borh croule sous la paperasserie et les politiques, les complots et petites magouilles sont légions. En effet Alexis Flamand décrit un monde de mensonges et de faux fuyants qui n’est pas sans rappeler celui que nous connaissons, mais encore une fois sur le ton de l’humour et de l’absurde. Ce qui apporte malgré tout une certaine réflexion sur notre monde.

C’est un véritable travail d’équilibriste qui oscille entre le sérieux des situations et la futilité de la vie. Une belle fantaisie pour cette fantasy originale, car nous sortons des sentiers battus comme vous le voyez. On s’approche plus de Terry Prachett que de David Gemmel, même si vous pourrez y trouver un peu des deux au détour des chapitres…

Alors si vous aimez les intrigues policières, les quêtes épiques, les frissons au contact de monstres tentaculaires et surtout rire, ce livre est fait pour vous. Je le conseille à tous ceux qui veulent passer un bon moment sans vraiment se prendre la tête, comme un hymne à la bonne humeur.

Yann Blanchard - lien vers la critique