Articles Critiques I - Le T'Sank Critique Book en Stock I
Voilà bien un livre de Fantasy pas comme les autres ! Comme il est dit au début du résumé, on peut oublier les orques, les elfes et les dragons avec Alexis Flamand. Il a trouvé d'autres idées, et quelles idées ! Un monde complètement à part... oui, ça, je vous l'accorde, c'est classique. Mais lorsque l'auteur en poussant sa description est capable de me coller le vertige, là c'est différent !

Un prologue contenant deux chapitres, ça aussi, c'est la première fois que je rencontre ça ! Un prologue un brin déstabilisant, comme souvent, qui nous plonge auprès d'Ernst XXX, sa majesté du royaume de Kung-Bohr. Il est en proie à un grave problème d'espionnage et de contre-espionnage, dans une société où la bureaucratie et le fonctionnariat est poussé à l'extrême : un vrai panier de crabes ! Puis le cycle démarre et on abandonne Ernst et ses conseillers...

On va suivre deux personnages totalement différents, qui n'ont apparemment rien à voir ni entre eux, ni dans leur destin.

D'un côté on a Maek, un gamin d'un village de céréaliers. Des céréaliers-guerriers en fait, car il faut bien une technique de guerre pour affronter et moissonner des champs de blé carnivore ! J'adore ! Le principe même ne peut venir que d'un délire suite à un abus de denrées illicites, c'est clair... Mais la mise en place du principe et de la vie qui en découle autour est juste énorme !!! Un pur plaisir. Cependant Maek n'en a rien à faire de cette vie de paysans. Lui, il veut devenir un T'Sank, rejoindre l'école prestigieuse qui forme ces assassins mythiques qui n'ont peur de rien. Et cette école se trouve dans le nord, au-delà de la mer de blé...

Le deuxième personnage, celui pour lequel j'ai éprouvé immédiatement de l'empathie, c'est Jonas. C'est un mage-enquêteur, comme il y a des mages-soigneurs, des mages-créateurs, etc. Il est accompagné d'un familier, Retzel. Un démon qu'il a invoqué, pas du tout celui qu'il espérait, provenant du Troisième-Cercle-En-Partant-De-La-Gauche... Les facéties de ce dernier agrémentent le récit, mais je pense que même sans Retzel on ne peut qu'aimer Jon (et oui, je fais partie des intimes maintenant :) ). Mais Jon a un gros soucis : il est menzhotain, compte bien le rester, or il apprend que le belliqueux voisin du Menzhota, Kung-Bohr, vient d'annexer les terres sur lesquelles se trouve sa propriété et sa maison. Il va donc rejoindre Ker-Fresnel, la singulière capitale enterrée du royaume voisin afin de plaider sa cause auprès du roi Ernst XXX. Et pour ce faire il va devoir poulper !!! Et oui, le moyen de locomotion dans ce monde de ouf n'est pas le cheval mais le poulpe terrestre : le skorj. Octopode, comme tout poulpe qui se respecte, s'il perd un pied, il lui en reste toujours sept n'est-ce-pas ?

C'est donc le récit de deux voyages. A travers le premier, on va visiter le monde d'Alamänder et ses particularités...très à part !!! Parce que je peux vous dire qu'il n'y a pas que le blé carnivore de spécial...

En lisant la courte biographie de l'auteur, on apprend qu'il a été enseignant. Avec Maek, je me disais : prof de SVT. L'évolution des espèces, leur adaptabilité à l'environnement, il domine. Avec Jon on visite Kung-Bohr, mais surtout sa capitale...euh, très à part aussi ! Et ses explications sur la magie, sa résolution de l'énigme à laquelle il est soumis, là je penchais plutôt pour prof de maths, ou d'informatique, il domine aussi. Bref si le doute subsiste dans ce domaine, il est carrément éliminé quant aux qualités d'écrivain d'Alexis Flamand.

Un monde riche, surprenant, intéressant. Des personnages sympathiques et attachants. Le tout emballé d'humour, j'adhère et je dis vivement la suite. D'autant que cette suite devrait concerner plus Jonas puisque le titre en est Le menzhotain. Encore que j'aimerai bien comprendre le rôle du T'Sank dans tout ça... Cela sentait la conclusion n'est-ce-pas ? Et bien non !

Il me faut faire encore un paragraphe, uniquement pour vous parler de l'humour rencontré dans ce livre. Il est à deux vitesses. Tantôt d'une finesse remarquable, au détour d'un dialogue ou d'une explication. Exemple, la définition de la magie, c'est un noble ART : Altération de la Réalité Transformable. Tantôt d'une lourdeur exceptionnelle, un comique de situation que l'on voit arriver bien avant ou des blagues à deux balles qui je pense, ne plairont pas à tout le monde. Personnellement j'ai trouvé l'ensemble bien dosé et je me suis régalée du début à la fin. Avec une mention toute particulière pour la post-face ! ÉNORME ! Humour, originalité, voilà qui résume ce livre. De plus, les révélations sur la suite qui se trouvent dans cette fameuse post-face me donnent très envie de lire la suite... et j'ai très hâte !!!
Je tiens également à rendre hommage à la couv' de ce livre que je trouve superbe et qui est signée Alex Dainche. Elle est d'un genre totalement différent de celles de La Dernière Terre ( à admirer ICI et ), mais elle s'adapte on ne peut mieux à ce roman. Elle est... à part elle aussi ! :))