La Nef Céleste est une conclusion que j’attends depuis plus de quatre ans. En 2014, je découvrais Alamänder, ses intrigues étonnantes, son univers original, ses personnages hauts en couleur et son humour décapant. Réédité depuis peu chez les Éditions Leha, maison d’édition récente au catalogue déjà rempli de pépites, Le Cycle d’Alamänder voit enfin son troisième et dernier tome publié. J’ai un attachement tout particulier pour cette saga qui avait été une petite révolution dans ma vie de lectrice de fantasy, elle qui proposait quelque chose de vraiment à part que ce soit au niveau du background, de sa construction et de son style. Quatre ans après, qu’en est-il ?

C’est avec joie que je peux répondre que la qualité est au rendez-vous. Replonger dans l’univers s’est fait tout naturellement, surtout que ce dernier tome reprend un peu avant la fin du quatrième de l’ancienne publication. Une fois les souvenirs et les enjeux remémorés, on trépigne, avide de savoir ce que cette fin nous réserve. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Alexis Flamand a bien préparé son coup ! Le lecteur ou la lectrice verra son visage s’animer, que ce soit lorsque sa mâchoire se décrochera de surprise ou lorsqu’il fera travailler ses zygomatiques. C’est bien simple, malgré le fait qu’on m’ait laissé quatre ans pour m’y préparer, je ne m’attendais à rien de ce qu’il s’est passé : j’ai été surprise, enthousiasmée, horrifiée, je me suis sentie trahie, j’ai eu les larmes aux yeux et j’ai éclaté de rire. Ce dernier tome m’a rappelé tout ce qui avait fait du Cycle d’Alamänder une saga si agréable à lire et m’a donné terriblement envie de m’y replonger pour la redécouvrir du point de vue de quelqu’un qui sait enfin tout sur les secrets de l’univers.

Dernier tome oblige, La Nef Céleste est riche en révélations et en rebondissements inattendus. Les précédents tomes avaient progressivement annoncé la couleur, passant d’une originale mise en bouche de light fantasy à une histoire bien plus complexe, inclassable et étonnante. Chaque détail était pensé depuis le tout début et ce qui pouvait passer pour simplement loufoque à la première lecture se voit enfin offrir une explication. Enfin, pas tout. Il y a des choses qui restent simplement loufoques, car l’humour imbriqué au sein de l’histoire est aussi une des marques de fabrique de l’auteur. Mais tout cela fait partie de ce qui fait du Cycle d’Alamänder une saga si bien construite et passionnante. Cette fin est trépidante et ne laisse pas vraiment le lectorat reprendre son souffle, une fois la machine lancée. La fin du deuxième tome finissait sur un cliffhanger et une surprise qui annonçait le début de chamboulements à venir, et celui-ci enchaîne les révélations et les réponses aux multiples questions qui se posaient depuis le tout début du Cycle. On ne peut que compatir avec Jon, qui porte sur ses frêles épaules tout le poids de ce qui lui est révélé en même temps qu’à nous et qui doit bien vite s’y adapter. Il n’est plus le simple détective questeur du premier tome, il est l’un de ceux qui doivent, en gros, sauver le monde. Fort heureusement, il est bien entouré par ses amis de longue date, et se fera même de nouveaux alliés inattendus. Très inattendus ! Mais même les vieux démons (littéralement) et autres anciens ennemis auront leur rôle à jouer dans les derniers affrontements. La Nef Céleste est un dernier tome qui offre une belle fin, aussi émouvante que satisfaisante, au Cycle d'Alamänder. Même si je dois bien avouer avoir refermé le livre avec un pincement au cœur, tant j'ai apprécié arpenter les franges aux côtés de Jon et de Maek.

Je vous encourage fortement à découvrir Le Cycle d’Alamänder si ce n’est pas déjà fait. Je n’ai pas besoin de dire à celles et ceux qui connaissaient déjà la saga de se précipiter sur ce dernier tome, j’imagine bien que c’est déjà fait ! N’ayez pas peur, partez en Alamänder, offrez vous un voyage comme nul autre et découvrez une saga extrêmement bien construite, drôle et intelligente, mais surtout passionnante. Soyez prêts à rire et à être surpris, et ce jusqu'à la dernière page. Bonne lecture !

Note : 5/5 - Allisonline - Lien direct