La Porte des Abysses est le premier tome du cycle d'Alamänder. C'est un roman de fantasy écrit par l'extra-terrestre français Alexis Flammand (d'après lui-même, je n'invente rien !)
En bref : Alamänder est un monde pour le moins étrange. On y trouve des champs de céréales agressifs ayant dépeuplé des générations de braves paysans chargés de les récolter, un royaume de champignons gigantesque bordant le monde et une flore pittoresque à base de poulpes de guerres et de créatures déifiées servant de capitales vivantes.
Les royaumes s'entre-tuent joyeusement, mais pas trop de peur des représailles des T'Sanks, ces mystérieux assassins qui s'auto-proclament gardiens de l'équilibre et dont chaque membre vaut (littéralement) une armée.
Tout ce petit monde est présenté à notre regard ébahi quand le jeune Maek décide de rejoindre ce macabrement prestigieux ordre d'assassin. Et aussi quand le sympathique mage Jonas Alamänder réalise que son bout de terrain tranquille vient d'être conquis par le royaume voisin et décide d'aller causer au roi responsable pour réclamer justice...

 

Ce premier tome du cycle d'Alamänder m'a réjoui.

L'auteur met son imagination débordante (pour ne pas dire complètement fantasque) au service de son univers baroque. Les personnages sont travaillés avec soin, en particuliers leurs répliques savoureuses. L'introduction elle-même est en est l'illustration parfaite !

Ker Fresnel, royaume dans lequel se déroule la majeure partie de l'action, est soyons réaliste un véritable foutoir de corruption. Sa société est basée sur une (saine) dose de paranoïa et une série de souverains à la poigne de fer aussi excentriques que roublards. Préférant une solide administration, lourde et inerte à souhait pour contrôler les choses, Ker Fresnel n'aime pas vraiment la magie et ses pratiquants.

Aussi, quand un mage détective du nom de Jonas débarque chez ses rivaux abhorrés pour négocier le retour de son bout de terrain, il est fraîchement reçu. Retzel y est pour beaucoup il faut dire.
Retzel c'est un démon insupportable issu d'une invocation ratée et qui colle aux basques de Jonas. Censé lui obéir (dans les grandes lignes en tout cas), c'est un sujet régulier de catastrophe avec ses manières... démoniaques... et son envie de dévorer à peu prêt tout ce qui bouge (ou qui est mort d'ailleurs).  Le moins que l'on puisse dire c'est que sa présence rajoute du piment à l'aventure...
Ce compagnon improbable n'est que l'un des acolytes qui va accompagner Jon dans ses péripéties en royaume inconnu. Les autres étant principalement Edrick, un soldat au tempérament agréable qui était initialement chargé de raser la maison de notre héros, et Vance, la charmante dirigeante en chef de tous les espions de Ker Fresnel. Autant dire qu'elle va faire tourner le pauvre Jonas en bourrique.
Autre personnage notable, l'éminent roi de Ker Fresnel lui-même, j'ai nommé Ernst XXX. C'est une sorte de salopard manipulateur et égocentrique (un roi quoi...) doublé d'un maître dans l'art de la survie aux nombreux complots qui l'entourent. Et accessoirement un des personnages les plus jouissifs à suivre du récit !
Ce premier tome aborde énormément de choses pouvant déboussoler le lecteur : c'est un solide tome d'introduction dans de nombreux domaines, à commencer par la magie et l'ordre d'assassins le plus patiemment construit que j'ai jamais lut. On alterne le point de vu entre le personnages de Jonas le mage et de Maek l'étrange gosse qui rêvait de tuer son prochain. En plus de cette grosse facette "découverte de l'univers" il y a une part croissante d'énigme sous la forme d'une enquête dont Jonas va être chargé de résoudre les mystères. Pour le coup soyez prévenu, l'histoire ne se termine pas du tout, l'auteur prend un malin plaisir à nous laisser sur notre faim. Voir même à nous vanner gentiment au passage en annexes.
L'ensemble n'est pas sans me rappeler l'humour loufoque de Terry Pratchett (en moins intense peut être, heureusement pour notre santé mentale), avec une solide dose de second degré et d'ironie. L'auteur se permet plusieurs incartades brisant le mur du récit pour nous interpeller directement. C'est très bien fait et ça m'évoque les meilleurs moment d'Alcatraz de Brandon Sanderson.
Niveau défauts j'en vois assez peu. Certaines descriptions sont parfois un peu dures à suivre, je pense notamment à certains sortilèges magiques lors de la visite de l'intérieur d'un coffre. C'était probablement voulu cela dit étant donné le dépaysement impliqué. Le lecteur vétéran devinera à l'avance une partie des événements censément surprenant. Je me jette des fleurs au passage remarquez, mais dans l'ensemble j'ai eu de très bonnes surprises et le tome ne m'a pas duré longtemps !
En conclusion, c'est non seulement un bon roman de fantasy à la française (ce qui veut dire qu'on s'épargne les traduction plus ou moins réussies), mais surtout un bon livre de fantasy tout court. Quelque chose de frais qui se lit tout seul malgré ses 500+ pages avec un univers très riche et des personnages attachants plongés en pleine galère. Incontestablement ma dernière bonne lecture en date !
Lu et Approuvé - Lien direct