Tome 1 : Le T'Sank

"Des poulpes de guerre, du blé carnivore, un démon de poche, un magicien questeur, un jeune homme à la recherche d'une mythique école d'exécuteurs, un roi paranoïaque... Tous ces éléments annoncent déjà l'univers farfelu d'Alamänder, premier roman d'Alexis Flamand. Quand on connaît un peu l'auteur, on attend du burlesque, du loufoque et on n'est pas déçu. Mais Le T'Sank est bien plus qu'une simple succession de gags, il se veut un hommage aux épopées de Vance, Leiber et Zelazny. On y trouve du Lovecraft, du Terry Pratchett et bien d'autres références tant l'intertextualité est grande. Univers sombre et passages épiques côtoient donc humour absurde et personnage de farce (démon Retzel.)

Le roman repose sur deux intrigues parallèles. D'un côté, nous suivons Maek et les nombreuses épreuves qu'il doit affronter pour trouver l'école d'exécuteurs, de l'autre, le voyage de Jonas ( détective des affaires criminelles magiques ) vers Ker-Fresnel afin de plaider sa cause (conserver ses terres) auprès d'un roi réputé inflexible et paranoïaque. Ces deux fils conducteurs posent les jalons d'un monde inquiétant et absurde. La faune, la flore et la complexité du système politique y sont savamment décrites. Le premier tome de ce cycle n'est pas, à proprement parlé, basé sur l'action et l'on pourrait même reprocher à certains passages leur aspect linéaire, notamment en ce qui concerne la quête de Maek. J'avoue m'être demandé, au début, où me mènerait cette succession rapide d'épreuves auxquelles le jeune homme est confronté. Mais rapidement, on comprend qu'il ne peut en être autrement. Ces éléments participent autant à la construction de l'univers particulier du roman qu'à la parodie de romans fantasy. Le souffle épique que l'on peut trouver dans cette partie du roman contrebalance parfaitement les épisodes burlesques.

Le T'Sank est un livre-univers où l'on respire, pas de rythme effréné, de batailles sanguinaires mais un monde qui s'ouvre à nous, se présente, se pose. Un livre où l'on rit, où l'on contemple, où l'on se rappelle parfois le frisson que faisait naître en nous les monstres lovecraftiens. Une intrigue policière, une trame fantasy, un peu d'humour... Malgré ses références nombreuses destinées aux amateurs du genre, Alamänder pourrait bien séduire un public plus large. Un premier roman réussi et on attend impatiemment la suite."

Nuits d'Almor - lien vers l'article

Agenda

Prochaines dates :

Salon du Livre de Paris les 16 et 17 mars 2019

- Trolls et Légendes à Mons (Belgique) les 19, 20 et 21 avril 2019

- Imaginales à Épinal les 25 et 26 mai

A propos du Cycle

Les tomes du Cycle sont :

1. La Porte des Abysses

2. La Citadelle de Nacre

3. La Nef Céleste

10 bonnes raisons de lire Alamänder

- C'est encore mieux que Fantomette contre Sauron
- Vous voulez plagier un bouquin de Fantasy, pourquoi pas celui-là ?
- Vous aimez le blé carnivore
- Vous aimez les pieuvres en général
- Vous n'avez rien d'autre à faire pour le moment
- Vous êtes un adulte responsable, vous n'avez pas à vous justifier
- Vous voulez une excuse pour glander au boulot ( d'habitude vous lisez l'annuaire )
- Tellement de personnes disent du mal d'Alamänder que ça mérite le détour
- Vous êtes la cible d'un odieu chantage dont je suis l'instigateur pour vous obliger à le lire
- Vous ne le savez pas encore, mais vous allez mourir dans peu de temps. Pourquoi ne pas prendre les dernières minutes qui vous restent pour commencer un chouette bouquin ?

10 bonnes raisons de ne PAS le lire

- Vous êtes un canard, vous ne savez donc pas lire
- Vous êtes mort
- Votre belle-mère s'appelle Gisèle Alamänder
- Vous ne savez pas que ce roman existe et vous n'avez même pas internet, de toute façon
- Ça manque de sexe, de sang et de harengs
- Il n'y a pas de nain, de troll, de dragon, d'orque, de mort-vivant, d'elfe, d'elfe noir, d'elfe des forêts ni d'elfe des plages
- Je préfère SAS
(Oui, je sais, ça ne fait que 7 raisons. Vous ne pensez tout de même pas que je vais continuer à enfoncer mon bouquin, non ?)